mercredi, 14 juin 2017 05:39

Avec le « positioning indoor », la géolocalisation trouve un nouveau souffle

Écrit par  Eliot Smith
Avec le « positioning indoor », la géolocalisation trouve un nouveau souffle © DR

POINT MARCHÉ - Se faire guider dans un centre commercial ou un aéroport, retrouver sa voiture facilement dans un parking ou encore se voir proposer des promotions ciblées par les magasins à proximité : le positioning indoor est le nouvel eldorado de la géolocalisation.

La géolocalisation a fait bien des émules ces quinze dernières années, mais force est de constater que peu d’innovations se sont démarquées récemment. Mais depuis deux ans, un vent nouveau souffle sur le secteur : la géolocalisation indoor et ce qui l’accompagne (le positionnement et le guidage notamment) donnent un nouveau souffle à ces technologies. En revanche, ce n’est pas tant l’émergence des réseaux mobiles traditionnels (4G et bientôt 5G) qui lui donnent un coup de fouet, mais plutôt le Bluetooth Low Energy (BLE) et les balises. « Le marché évolue très rapidement, encore plus qu’avec l’arrivée du GPS dans les années 2000 », s’enthousiasme Joseph Leigh, responsable Indoor de HERE. Effectivement la possibilité de positionner les gens avec leurs mobiles dans des environnements couverts « a ouvert un tas de nouveaux cas possibles : avec les Venue Maps, nous proposions quelque chose de statique, mais désormais nous allons vers une offre dynamique », poursuit-il.

Imaginez par exemple : vous garez votre voiture et votre mobile vous guide pour en sortir, vous rendre dans un magasin d’un centre commercial à proximité, puis vous donne le chemin automatiquement pour retourner à votre véhicule. Autre cas, dans un environnement professionnel : via une application, vous pourrez réserver et trouver une salle de réunion et vous faire guider jusqu’au bon endroit. Ou même dans un aéroport, il est possible de partager sa position sur LinkedIn et potentiellement faire des rencontres professionnelles. Ce sont exactement le genre de nouvelles opportunités qu’offre le « positioning indoor » ; l’offre de HERE sera disponible dans le courant du deuxième semestre 2016. Le français Pole Star propose des services de géolocalisation indoor depuis 2009 environ : « Nous couvrons désormais 10 millions de m2 dans le monde », assure Jean-Baptiste Prost, directeur général adjoint & directeur technique de l’entreprise. Ce sont principalement des musées, aéroports, des centres commerciaux.

BLUETOOTH LOW ENERGY, WIFI ET LTE

Les spécialistes de la géolocalisation s’appuient sur des technologies comme les balises Bluetooth Low Energy (BLE) et WiFi pour améliorer le guidage au sein des bâtiments. « L’idée c’est de localiser l’utilisateur en tâche de fond grâce à des balises Bluetooth Low Energy, en le combinant avec des signaux WiFi et les capteurs de mouvement du smartphone », poursuit Jean-Baptiste Prost. Comme Here, Pole Star fournit au client une plateforme cloud qu’il peut piloter. À partir de cette plateforme, le client a donc accès à des fonctions additionnelles comme le traitement des données par exemple. « Un projet débute par l’import des plans puis par l’indication de la position des balises », ajoute-t-il, sachant qu’il faut en moyenne trois balises pour couvrir environ 1000m2 . Si Here s’appuie sur les balises iBeacon (Apple) et Eddystone (Google), le français mise sur le standard BLE, « car il est compatible avec tous les smartphones et, puisqu’il est basse consommation, permet à une balise de durer entre 5 et 8 ans ».

« Il y a encore énormément à faire sur le positioning indoor, comme la création de cartes qui seront de plus en plus en interaction avec l’environnement et en temps réel », imagine Joseph Leigh. « À horizon 12 à 18 mois, nous verrons l’apparition de balises connectées, en réseau et alimentées », parie quant à lui Jean-Baptiste Prost. De l’autre côté de l’Atlantique, l’entreprise PoLTE mise sur l’émergence des réseaux LTE pour assurer du positioning indoor. Elle se base sur la technologie « sounding reference signals » (SRS) embarquée dans les terminaux LTE qui permet, avec une technique de localisation radar, de convertir le signal montant en signal de positionnement. Ainsi, PoLTE est en mesure d’offrir une précision de l’ordre de 2 à 6 mètres, à condition que la zone soit suffisamment couverte bien entendu !

LE MAPPING, L’AUTRE ENJEU DE LA GÉOLOCALISATION INDOOR

Quoi qu’il en soit, la géolocalisation indoor ne serait rien sans les fournisseurs de cartes. Ils s’appellent Visiglobe, Micello, MobileSpot ou Eegeo. « Nous utilisons une technologie de traitement de TomTom pour le mapping 3D sur notre plateforme », explique Jeremy Copp, directeur commercial chez l’écossais Eegeo. L’originalité de ce type d’outils est donc de fournir une solution SaaS qui s’intègre avec des fournisseurs comme Pole Star ou HERE. « Notre force est surtout de représenter un environnement avec ses magasins, ses services, le tout en streamant les données en mode connecté, même si elles peuvent aussi être téléchargées dans l’application », précise-t-il. Le client final dispose quant à lui d’un framework et/ ou une API qui permet de personnaliser la carte suivant les besoins, notamment pour développer le marketing de proximité : associé à une solution de positioning indoor, il est désormais possible, dans un centre commercial, de pister les consommateurs (qui sont consentants) pour envoyer de la publicité ciblée. Enfin, il est intéressant de noter que les fournisseurs de cartes ont toutefois débuté par le mapping outdoor. En l’occurrence, beaucoup s’appuient sur OpenStreetMaps désormais.

Écrit par Eliot Smith

Connectez-vous pour commenter